Généralités

En Belgique, comme dans tous les pays de l’UE, les comptes nationaux sont établis selon les définitions du « Système européen des comptes nationaux et régionaux – SEC 2010 ».

Pour l’établissement des comptes nationaux en Belgique, un grand nombre de sources d’information sont exploitées, qu'il s'agisse de données administratives ou d'enquêtes L’élaboration des comptes repose aussi sur un registre exhaustif des entreprises. Au final, un ensemble d’informations statistiques cohérentes et exhaustives sont produites afin de dresser le plus fidèlement possible un état des lieux de l’économie de la Belgique.  L’établissement des comptes nationaux repose sur une méthodologie définie au niveau européen, en collaboration avec les Etats membres. Celle-ci garantit un standard de qualité élevé, renforcé par le fait que les comptes élaborés dans chaque pays font l’objet d’un monitoring de la part d’Eurostat.

Les estimations sont susceptibles d’être révisées au fil du temps en fonction de la disponibilité des sources utilisées et de leur propre révision. En règle générale, les chiffres ne deviennent définitifs qu’après un horizon d’environ quatre ans. Tous les cinq ans, les séries statistiques peuvent aussi faire l’objet de révisions sur un horizon temporel beaucoup plus long. On parle alors de révisions occasionnelles qui permettent d’introduire de nouvelles sources de données ou d’apporter des améliorations méthodologiques.

Conformément aux recommandations émises au niveau européen, les comptes nationaux sont soumis à une révision occasionnelle en 2019. Cette révision s’inscrit dans le cadre des procédures habituelles et normales d’amélioration des comptes nationaux et est menée dans la plupart des pays européens. Elle a été introduite en Belgique le 18 octobre 2019, lors de la publication des comptes annuels détaillés. Les autres produits statistiques relevant des comptes nationaux belges ont été ou seront adaptés par la suite, selon le calendrier régulier de publication.

Les informations statistiques relevant des comptes nationaux sont produites selon un calendrier séquentiel précis :

  • Les comptes trimestriels sont diffusés en plusieurs étapes. Une première estimation flash de la croissance économique (PIB en volume) est réalisée 30 jours après la fin du trimestre. Ce chiffre est ré-estimé 60 jours après la fin du trimestre, accompagné de statistiques détaillées sur la composition du PIB (valeur ajoutée, dépenses, revenus) et sur le marché du travail. 120 jours après la fin du trimestre, l’estimation définitive et complète des principaux agrégats de l’économie est publiée.
  • Les comptes trimestriels des secteurs institutionnels (ménages, sociétés, administrations publiques) sont publiés environ 105 jours après la fin du trimestre. Cette publication reprend notamment certains indicateurs clefs comme le taux d'épargne des ménages et le taux d’investissement des entreprises, ainsi que les comptes trimestriels des administrations publiques.
  • Une première estimation des comptes nationaux, établie essentiellement sur la base des comptes trimestriels, est publiée au mois d’avril suivant l’année de référence.
  • Des chiffres plus définitifs sont repris dans les comptes annuels détaillés publiés au milieu d'octobre de l'année qui suit l'année de référence. Ces comptes présentent les tableaux par branche d'activité (compte de production et compte d’exploitation, principales catégories de dépenses, investissements et emploi), ainsi que les comptes des différents secteurs institutionnels. Ensuite sont diffusés le stock de capital et les tableaux détaillés des ressources et des emplois.
  • Les comptes annuels des administrations publiques font l’objet de deux estimations annuelles. Une première estimation est diffusée au milieu du mois d'avril sous la forme de tableaux des principales recettes et dépenses des administrations publiques. La seconde estimation, diffusée en octobre, présente les comptes complets détaillés, qui sont intégrés et repris dans la publication des comptes des secteurs. Ces deux estimations sont en ligne avec les données transmises dans le cadre de la procédure concernant les déficits excessifs.
  • Le compte satellite des institutions sans but lucratif est également une statistique publiée dans le cadre général des comptes nationaux. Le compte satellite des institutions sans but lucratif ne fait pas partie des obligations statistiques européennes. Il répond néanmoins aux standards internationaux édictés en la matière.
  • Les comptes régionaux sont publiés en février et présentent les données concernant les agrégats par branche d'activité et les comptes des revenus des ménages pour les régions, les provinces et les arrondissements. Les agrégats par branche d'activité englobent la valeur ajoutée brute, la rémunération des salariés, le nombre de personnes occupées, les heures prestées et la formation brute de capital fixe. Les comptes des revenus des ménages incluent le compte d'affectation des revenus primaires, le compte de distribution secondaire des revenus ainsi que le revenu disponible par habitant.
  • La répartition régionale des importations et exportations belges de biens et services est le fruit d’une collaboration entre la BNB et les trois Régions. Ces chiffres régionaux ne font pas partie des obligations statistiques européennes, mais ils reposent sur les principes méthodologiques définis à l’échelon européen et utilisés pour les autres variables par branche d’activité.