Communiqué de presse - Working Paper 238

Importateurs, exportateurs et déconnexion du taux de change

Les grands exportateurs sont également de grands importateurs. La présente étude démontre que cette caractéristique est essentielle pour comprendre la faiblesse de la transmission des fluctuations du taux de change au niveau agrégé ainsi que la variation de cette transmission entre exportateurs. Dans un premier temps, nous établissons un cadre théorique combinant des marges variables liées à des complémentarités stratégiques et un choix endogène d'importation des inputs intermédiaires. Le modèle prédit que les entreprises qui présentent une importante part d'importations et des parts de marché élevées présentent un faible taux de transmission des fluctuations du taux change. Ensuite, nous examinons et nous quantifions les mécanismes théoriques en nous fondant sur des données des entreprises belges au niveau des firmes et produits qui fournissent des informations sur les exportations par destination et les importations par pays d'origine. L'étude confirme que l'intensité en importation et la part de marché sont les déterminants principaux de la transmission au sein de l'échantillon des entreprises. Un petit exportateur qui n'importe pas ses inputs présente une transmission quasi complète de plus de 90 %, tandis qu'une entreprise figurant dans le 95e percentile sur le plan tant de l'intensité en importation que des répartitions des parts de marché présente un taux de transmission de 56 %, à coûts marginaux et marges globalement égaux. Comme les plus grands exportateurs ont également des parts de marché élevées et sont aussi de gros importateurs, cela contribue à expliquer la faiblesse de la transmission agrégée et la déconnexion du taux de change qui transparaissent des données.