Communiqué de presse - Working Paper 223

(Not so) easy come, (still) easy go? Retour sur les multinationales sans attaches

Le présent Working Paper revisite l'hypothèse du caractère sans attache des entreprises multinationales (EMN). Sur la base de données au niveau des entreprises belges pour la période 1997-2008, nous nous appuyons sur un modèle Probit et prenons en compte l'endogénéité des déterminants de la sortie des entreprises. Nos résultats peuvent se résumer de la façon suivante. Premièrement, la probabilité de sortie inconditionnelle des EMN est moindre que celle des entreprises nationales. Deuxièmement, lorsque l’on rend compte des caractéristiques des entreprises et des secteurs (âge de l'entreprise, productivité globale des facteurs, coûts irrécupérables, taille, concurrence sur le marché de produits, croissance sectorielle de la valeur ajoutée et effets fixes sectoriels), la différence entre la probabilité de sortie des EMN et celle des entreprises nationales devient positive. Troisièmement, nos résultats montrent que les EMN ont une sensibilité moins élevée aux coûts irrécupérables et à la taille que les entreprises nationales, ce que l'on pourrait interpréter comme des obstacles moindres à la sortie en raison des possibilités accrues de transférer des actifs corporels et incorporels vers les filiales étrangères.