Communiqué de presse - Working Paper 181

Constats relatifs aux effets agrégés des chocs de politique fiscale anticipés et non anticipés aux États-Unis

Les auteurs évaluent empiriquement les effets dynamiques des modifications apportées à la politique fiscale aux États-Unis. Ils utilisent un critère temporel pour distinguer les réformes fiscales anticipées de celles qui ne le sont pas. Ils démontrent que les réductions d’impôts qui ont été annoncées préalablement mais qui n'ont pas encore été mises en œuvre entraînent un recul de la production, des investissements et du nombre d'heures ouvrées ainsi qu’une augmentation des salaires réels. Par contre, ils n’observent aucun effet d’anticipation significatif au niveau de la consommation agrégée. Les réductions d’impôts implémentées, quel que soit le moment auquel elles sont mises en œuvre, ont des effets expansionnistes et persistants sur la production, la consommation, les investissements, le nombre d’heures ouvrées et les salaires réels. Les résultats semblent particulièrement fiables. Les auteurs constatent que les chocs fiscaux constituent des impulsions notoires pour le cycle conjoncturel américain, et que les effets d'anticipation ont été importants durant plusieurs cycles conjoncturels.