Communiqué de presse - Working paper 166

Relations input-output entre les secteurs et politique monétaire optimale

Le présent article analyse les implications pour la politique monétaire d'un modèle qui décrit les relations input-output entre les étapes de la production, établissant une distinction entre l'inflation mesurée par l'IPC et celle mesurée par l'IPP. Il s'intéresse plus particulièrement à la conclusion de K. Huang et Z. Liu [2005, Inflation targeting: What inflation rate to target, Journal of Monetary Economics 52, 1435-1462], laquelle affirme que les banques centrales devraient utiliser un indice d'inflation optimal octroyant un poids prépondérant à la stabilisation tant de l'IPC que de l'IPP. L'étude soutient que les conclusions de ces auteurs se basent sur l'hypothèse selon laquelle les prix à la production sont aussi rigides que ceux à la consommation et fait apparaître que, lorsqu'on utilise des fréquences empiriquement pertinentes d'ajustements de prix pour calibrer le modèle, l'inflation mesurée par l'IPC reçoit un poids déterminant dans l'indice d'inflation optimal. De plus, cette règle est remarquablement robuste à l'incertitude sur les paramètres du modèle, tandis que la règle de politique proposée par Huang et Liu peut conduire à des pertes considérables en terme de prospérité.