Communiqué de presse - Working Paper 152

Partage du profit (rent-sharing) dans différents régimes de négociations: résultats obtenus sur la base des données employeurs-employés

Dans de nombreux pays européens, les salaires de la majorité des travailleurs sont fixés directement par des conventions sectorielles. Pour certains travailleurs, celles-ci sont complétées par des conventions propres à l'entreprise. Néanmoins, l'importance relative des conventions conclues au niveau de l'entreprise et du secteur (en d'autres termes, le niveau de centralisation) diffère considérablement selon le secteur. Les auteurs du présent article utilisent des données spécifiques appariées employeurs-employés provenant d'une enquête réalisée en 2003 en Belgique pour analyser comment ces caractéristiques des négociations affectent l'étendue du partage du profit. Les résultats font apparaître que le partage du profit est nettement plus important dans les secteurs décentralisés que dans les secteurs centralisés, même lorsqu'on prend en considération le caractère endogène des bénéfices, l'hétérogénéité des travailleurs et des entreprises et les caractéristiques de chaque type de négociation. De plus, dans les secteurs centralisés, on constate que le partage du profit ne concerne que les travailleurs couverts par une convention conclue au niveau de l'entreprise. Enfin, les résultats font apparaître que dans les secteurs décentralisés, les négociations menées au niveau de l'entreprise et du secteur aboutissent à un résultat équivalent en termes de partage du profit.