Mise à jour trimestrielle du 21 septembre 2022

Version intégrale du commentaire trimestriel (PDF).

Executive summary

À la fin du deuxième trimestre de 2022, l’octroi de crédits aux sociétés non financières par les banques résidentes a poursuivi son ascension en Belgique, son taux de croissance en glissement annuel s’établissant à 6,2 % à la fin de juin, contre 4,8 % en mars. Cette évolution résulte d’une augmentation de l’octroi de crédits à long terme, qui est resté dynamique, comme à court terme, dont la croissance a bondi. Les octrois de prêts à moyen terme sont quant à eux devenus négatifs. Le taux de variation des prêts à court terme (moins d’un an) est ressorti à 8,4 % à la fin de juin (contre 3,4 % le trimestre précédent), tandis que celui des crédits à moyen terme (entre un et cinq ans) s’est fixé à -4,1 % (contre 0,4 % à la fin de mars). Enfin, le taux de croissance des crédits à long terme (plus de cinq ans) a pointé à 7,7 %, contre 6,3 % le trimestre précédent. Au cours du deuxième trimestre de 2022, l’octroi net de crédits a été positif, les flux se chiffrant à 2,2 milliards d’euros entre avril et juin, en tenant compte des effets saisonniers.

Dans l’ensemble, les taux d’intérêt appliqués aux nouveaux crédits bancaires se sont relevés. Au deuxième trimestre de 2022, les tarifs sur les nouveaux crédits à long terme octroyés aux entreprises ont à nouveau nettement renchéri. Ainsi, la moyenne des taux d’intérêt assortis d’une maturité de plus de cinq ans a bondi de 72 points de base, pour ressortir à 2,32 %. Les tarifs sur les autres catégories se sont également accrus, à l’exception du taux à court terme sur les emprunts de plus d’un million d’euros. Le taux sur les crédits à court terme inférieurs à ce montant, qui suit habituellement la même tendance que les taux du marché monétaire, s’est établi à 1,61 % (+4 points de base par rapport au trimestre précédent), tandis que celui sur les prêts à court terme supérieurs à un million d’euros est demeuré stable, à 1,45 % (-1 point de base). Enfin, le taux assorti d’une échéance moyenne (entre un et cinq ans) a repris 82 points de base, pour se situer à 2,40 %.

Selon les informations fournies par les quatre grandes banques belges interrogées dans le cadre de l’enquête de l’Eurosystème sur la distribution du crédit bancaire, les critères d’octroi de crédits aux entreprises sont restés inchangés au deuxième trimestre de 2022, pour les PME comme pour les grandes entreprises. Par ailleurs, les banques ont fait état d’une stabilisation de la demande de crédits comparativement au premier trimestre de l’année. Seule la pression concurrentielle a encore joué dans le sens d’une expansion de la demande, tandis que la détérioration de la perception des risques a pesé en sens contraire. Pour le troisième trimestre de 2022, les banques belges anticipent un resserrement de leurs critères d’octroi de crédits et tablent sur une baisse de la demande de prêts de la part des entreprises. Du point de vue des sociétés non financières, l’appréciation globale des conditions de crédit s’est à nouveau détériorée par rapport au trimestre précédent.

Dans la zone euro, l’octroi de crédits aux entreprises est demeuré vif au deuxième trimestre de 2022. Il s’est fixé à 7,0 % en juin, contre 4,3 % en mars. Des taux de croissance positifs ont été enregistrés dans la majorité des États membres. Par ailleurs, les banques des pays de l’Eurosystème ont fait mention d’un resserrement de leurs critères d'octroi de crédits aux entreprises durant cette période, ainsi que d’une hausse de la demande, induite principalement par des besoins de financement destinés à la gestion des stocks et du fonds de roulement (renchérissement des intrants dans un contexte d’augmentation des prix de l’énergie et de goulets d’étranglement au niveau de l’approvisionnement). Dans le même temps, la demande des firmes a été atténuée par de moindres besoins à des fins d’investissements, ce qui suggère le report potentiel de ces derniers dans un contexte d’incertitude. Les banques de la zone euro prévoient un durcissement plus prononcé de leurs critères d’octroi, combiné à un repli de la demande, au troisième trimestre de 2022.

Thèmes spécifiques récents